Contenu

La séquence du spec’acteur

publié le 6 novembre 2017 (modifié le 16 novembre 2017)

1995, La Haine qui vient de sortir sur les écrans hexagonaux va devenir un film culte pour toute une génération...
Le temps passe et il ne fait rien à l’affaire, pas vrai Karim Belkhadra? « Finalement, c’est vrai que c’est un film d’actualité si on voit ce qui se passe en banlieue, avec l’affaire Théo à Aulnay-sous-Bois par exemple », explique le comédien Albertivillarien.
La Direction municipale des Affaires culturelles, en partenariat avec Le Studio, lui a donné carte blanche pour présenter le film de Mathieu Kassovitz.
Marrant de se souvenir que c’est avec ce réalisateur que Karim Belkhadra jouera au ciné pour la première fois, et dans un petit rôle donc… surprenant d’apprendre que ce dernier n’a jamais vu le film en salle, « sauf pour la projo d’équipe, c’est-à-dire que c’était même pas la projection officielle : moi, j’ai commencé au théâtre et je ne me suis jamais vu à l’image. Et la première fois que je me suis vu, je ne me suis pas trouvé bien ! »
Humble le monsieur qui, si on le pousse un peu, livre deux souvenirs cinéma.
Le Mécano de la Générale de Buster Keaton, projeté dans la grande salle du théâtre avec plein de gamins d’Auber, avec ses parents, ça l’a bien marqué ça… et plus tard avec des potes, il y aura l’expérience de Soleil vert, de Richard Fleischer, « que j’ai vu très jeune et pas trop concentré et donc que je n’ai pas complètement saisi, du coup j’aimerai bien le revoir un jour ! »
En attendant les commentaires et éclairages de Karim sur La Haine, deux mots de Kassovitz : « Ce n’est pas un film sur la banlieue, mais sur les bavures policières ou, plus exactement, sur la société qui autorise et suscite ces bavures. C’est pour cela que j’ai choisi ce trio, pour bien montrer que ce n’est pas les Arabes ni les Noirs contre la police, mais toute une jeunesse de banlieue qui n’en peut plus », expliquait le réalisateur dans Télérama en 2015 à l’occasion des 20 ans du film…

Eric Guignet

PROJECTION DE LA HAINE

Vendredi 17 novembre, 19 h 30
Cinéma Le Studio 2 rue Edouard Poisson
Tout public, à partir de 15 ans
Entrée libre sur réservations
au 09.61.21.68.25 ou à la Dac au 01.48.34.35.37