Contenu

Auber, écrin de cinéma

publié le 1er décembre 2017 (modifié le 7 décembre 2017)

Moteur ! Coupez ! C’est dans la boîte ! Voilà une terminologie qui résonne de plus en plus souvent sur les trottoirs ou les intérieurs d’une ville où il devient assez banal de croiser un perchman, des projos ou une tête d’acteur plus ou moins notoire.
« Depuis trois ans, les demandes de tournages des sociétés de cinéma affluent, si bien qu’on a mis en place un dispositif dédié – le pôle Arts visuels et accueil des tournages – pour y répondre, explique-t-on du côté de la direction municipale des Affaires culturelles (DAC).
Cela concerne aussi beaucoup de services municipaux puisqu’un lieu comme le centre nautique est très demandé, par exemple. »
Et le téléphone n’arrête pas de sonner tant petites productions, longs-métrages, clips ou shootings photo se bousculent au portillon…
Aubervilliers, écrin de cinéma !

Bons points sur Macé-Condorcet

Pour donner à voir et saisir le caractère cinégénique de la cité, la DAC programme
au Studio une sélection de quatre courtsmétrages inédits.
Belle entrée en matière avec Master of the classe de Carine May et Hakim Zouhani, cinq films coréalisés sur le territoire au total !
Voilà un cas d’école pour nos deux Albertivillariens quand on sait que la majeure partie des scènes de ce petit bijou a été tourné sur l’école Jean Macé-Condorcet :
« L’idée, c’était d’aborder le thème de ces instits qu’on retrouve dans le métier mais qui n’ont pas vraiment la vocation ! Il y a des personnages réels qui ont influencé notre histoire », sourit Hakim Zouhani.
Au passage, ce Master fournit une façon de prémices au futur long-métrage que
prépare le duo et qui se déroulera aussi dans le milieu scolaire.
Pour l’heure, après ces 25 minutes de classe, l’on passera autant de temps et de plaisir à découvrir le making of du film, Ding Dong, que livre Saïd Mokrani grâce, notamment, au partenariat entre le CNC, Arcadi Passeurs d’images et la Ville d’Aubervilliers.
Terrain Vague a été tourné en 2016 dans un café de la ville et met en scène Slimane
Dazi, Delphine Grandsart et Rachid Taha.
Latifa Saïd y brosse – en noir et blanc et en 14 minutes – la rencontre entre un ouvrier
maghrébin complexé et une opulente prostituée…
Impressionné par la péloche le stade Karman : c’est dans cet antre que Brahim
Fritah a situé l’action d’Allonge ta foulée, avec Philippe Rebbot en vieux coach
d’athlétisme préparant son jeune prodige à l’épreuve… en toute clandestinité et avec
une méthode inédite.
Malika Zaïri a fait ses classes dans sa ville, Aubervilliers, qui le lui a bien rendu en
soutenant la jeune réalisatrice pour réaliser Assia où il sera question du vivreensemble. Ça tourne à Aubervilliers ?
Moteur ! Coupez ! C’est dans la boîte !

Eric Guignet

Vendredi 15 décembre à 19 h 30
Cinéma Le Studio
2 rue Edouard Poisson

Entrée libre, tout public
Réservation auprès de la Direction des Affaires culturelles
Tél. : 01.48.34.35.37
Courriel : billetterie@mairie-aubervilliers.fr